Mon corps s’échappe

Aujourd’hui, je prends le temps de comprendre pourquoi je ne me reconnais pas dans le miroir. Mon corps a changé. Je ne suis plus celui que j’étais mais ma tête pense que je suis encore ce danseur des années 80. Je me surprends à ne pas me reconnaitre. Je danse encore un peu. Mais je ne danse pas comme dans les années 80. Je danse avec ce corps d’aujourd’hui et la mémoire de ma danse d’hier. Cela frotte, cela me surprend même, cela s’oppose et j’en perds mon souffle. Je regarde les couches dansantes du passé, les strates des expériences qui s’amusent de l’état de mon corps d’aujourd’hui. Ce n’est pas grave. C’est surprenant. Je fais avec. Il me reste à en jouer, à m’en amuser, à en rire.

Publié par

admin

Nijinskoff veut faire un dernier spectacle avant de disparaître. Nijinskoff nous parle de la danse oxymorique de sa vie et de son désir... Un blog pour outil. Nijinskoff AKA Frédéric werlé