Paresse digestive avec pensées épicées

Des pensées s’opposent à l’arrivée de mon sommeil.
Mes paupières tombent et retombent comme le volet d’une fenêtre.
Je temporise.
Un verre d’eau pour apaiser le feu des idées, des projets,
des rêves à réaliser, des rêves irréalisables.
Des ombres s’agitent, des fantômes me frôlent et me murmurent
commentaires,
suggestions,
comme des proverbes,
comme des sentences,
comme des maximes.
Un orage dans la nuit.

Ne pas mourir idiot

Faire oeuvre des petits riens du quotidien.
Faire oeuvre de sa liberté d’imaginer.
Faire oeuvre avec son outil : Le corps.
Faire oeuvre avec ses petites fêlures.
Je n’ai qu’un objectif: Ne pas mourir trop idiot.

Compte à rebours

Retourner au travail,
encore une fois,
avec la chance d’être libre.
Les contraintes sont dans le placard.
Le désir est présent.